J-7

J-7 avant de démarrer cette expérience de 21 jours en fauteuil. Je ne vous cache pas que j’appréhende un peu.
En effet, j’analyse déjà les parcours que je fais au quotidien et je me rends compte que certains ne vont pas être faciles.

Avant de démarrer l’expérience, certains se demandent peut-être comment j’en suis arrivée là ? N’hésitez pas à lire la suite de mon article.

Bonne lecture !

Pourquoi une telle expérience ?

J’ai découverts le “monde” de l’accessibilité en 2010, (un scandale ! diront certains….je sais….mais il faut s’en prendre au système scolaire des architectes); bref, tout cela grâce, ou même peut-être à cause, des projets qui revenaient avec des avis défavorable. Je me souviendrai toujours des incompréhensions de mes chefs d’agence, ou plutôt de leur ignorance, face à ces normes que nous devions prendre en compte dans tous les projets. Et pour ne pas faciliter la tache, en Rhône Alpes, les dénivelés sont parfois important.
J’ai donc passé des heures à rédiger la notice d’accessibilité et à faire des plans pour expliquer l’ensemble des cheminement et des équipements. Des heures à lire et relire la réglementation, que je n’arrivais pas à mémoriser.

J’ai donc décidé de me former afin de comprendre toutes ces normes.

Une loi, un délai, des personnes !

J’ai pris connaissance de la loi de 2005, et des délais pour la mise en accessibilité des ERP*.
Je prends conscience que nous sommes bien loin de l’objectif fixé par le gouvernement !
On nous parle de normes, de dimensions, de largeurs de passage etc.
On nous explique ce qu’il faut faire, mais rarement comment et pourquoi….

C’est la loi, c’est comme ça !

Mais pour qui construisons nous ? Qui sont ces personnes, sur qui nous avons fait des lois ? Pourquoi stigmatisons-nous et accusons-nous le fauteuil ?  Pourquoi on ne parle que de quatre catégories de handicap ?De nombreuses questions auxquelles j’ai voulu trouver des réponses à l’issue de ma première formation.

(*ERP : Etablissement recevant du public)

Comprendre pour agir.

Je fais partie de ceux qui ont besoin de comprendre pour apprendre.
N’ayant personnes pour répondre à mes questions, j’ai décidé de m’investir auprès des personnes en situation de handicap pour comprendre leurs difficultés du quotidien.

Vacances adaptées, association des paralysés France, échange avec des personnes en fauteuil, déficients visuels, auditifs etc. Des rencontres avec des personnes “extra-ordinaires”, qui ont transformer ma petite curiosité en une réelle investigation professionnelle et personnelle.

Comprendre pour agir, comprendre pour concevoir.
Car construire pour autrui, c’est tout d’abord connaître la personne qui est en face de nous. Appréhender les besoins, les loisirs, mais aussi les contraintes et les peurs.

Tous concernés

Homme, femme, enfant, personne âgée, petit, grand, gros, mince, 5 ans, 15 ans, 35 ans, 50 ans, 80 ans, architecte, médecin, journaliste, ouvrier, secrétaire, femme au foyer, livreur, parent avec poussette, femme enceinte, vous, moi…….handicap visible, handicap invisible, accident de la vie, maladie…..

Parce que nous sommes tous différents, nous vivons tous des situations qui nous handicapent.

Sur ce, je vous laisse méditer sur votre dernière situation “handicapante”.

Cécile

 

Crédit photo: © Marine NOEL

 

3 comments

  1. Merci pour votre initiative. Elle change l’image que l’on peut avoir des architectes! A quand une vrai intégration de l’accessibilité universelle dans le cursus des architectes?

  2. Merci pour ce que vous faites pour rendre compte des difficultés que nous rencontrons dans notre vie quotidienne!

Comments are closed.