J 16 – Réglementation respectée mais vie sociale oubliée

Hier, je suis allée tester le cinéma d’un quartier neuf de la ville.
La réglementation “accessibilité” a été entièrement respectée, mais le confort et l’usage n’ont pas été complètement étudiés.

1- les bornes d’achats

Quand vous êtes en fauteuil, et qu’un équipement est un peu haut, vous ne pouvez pas cacher le reflet qui s’installe sur l’écran de la borne d’achats (les bornes de retrait des banques c’est pareil…)

Donc on plisse les yeux et on essaye de comprendre quand la machine va vous demander de payer.

2- Surtout on cache la rampe

La séance est ouverte, on se dirige vers les escaliers permettant l’accès aux salles. La personne chargée de déchirer les billets m’indique que la rampe est de l’autre côté. Cependant, vous n’avez aucun panneau pour vous l’indiquer. Donc vous cherchez un peu à l’aveugle la rampe d’accès.
Une fois arrivée en haut de la rampe, j’indique sous le coup de l’ironie :“elle est bien cachée votre rampe !” et on me répond : “ c’est la première fois que vous venez ?!”.
Là n’est pas le problème ! La rampe devrait être indiquée pour faciliter l’accès en pleine autonomie.

3- la salle

Une fois dans la salle, plusieurs places PMR sont prévues. On les remarque grâce à des pictogrammes bleus au sol. Très bien, ma place est là.
Et mes amis ?

Ah oui, quand vous allez au cinéma c’est tout seul et si vous voulez être à côté de vos amis ce n’est pas possible. Vous restez en haut, et eux, ils se mettent sur le rang du dessous. Mais que fait-on du lien social ?

 

Depuis le début de mon expérience, j’ai pu observer, que malgré le respect de la réglementation, la discrimination était toujours présente. L’accessibilité est trop considérée comme une loi et non comme le respect du confort et de l’inclusion de tous dans notre société. On réserve des espaces pour les personnes à mobilité réduite, en oubliant de travailler sur une logique d’intégration. Notre société segmente les différences et nous l’accentuons en tant que personne valide par notre ignorance du handicap. Cela ne nous concerne pas, donc nous y réfléchissons en dernier.

Cependant, nous ne sommes pas à l’abri d’un accident de vie, d’une cheville foulée, ou tout autre événement qui ralentirait nos déplacements.

Et si demain c’était vous ? Comment réagiriez-vous ?

 

Crédit photo: © Marine NOEL

One comment

  1. Dans un grand nombre de salles de spectacles & de stades, des espaces dédiés ont été réalisés permettant le “stockage” des personnes en fauteuil roulant…
    Ces endroits ont été conçus en pensant plus à la sécurité qu’à l’accessibilité.
    Ceci en occultant bien souvent la qualité de vision/confort et la convivialité.
    Les sièges non fixés étant interdits, il ne reste parfois que la possibilité d’installer un ou deux strapontins (au même tarif !) pour que les accompagnant(e)s restent à proximité.
    Là encore, il est bien difficile de convaincre tous les intervenants concernés.

Comments are closed.